Pour bien comprendre, nous avons besoin de bien entendre. Or plusieurs facteurs altèrent la qualité du son qui nous parvient :

CISIC a négocié auprès de certains revendeurs des remises pour l'achat des piles et des aides techniques utiles aux personnes implantées.

Ces offres sont réservées aux adhérents de l'association, qui reçoivent les codes nécessaires dans l'email mensuel d'information.

Si vous êtes adhérent et que vous ne recevez pas cet email, veuillez nous contacter par email à l'adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en rappelant votre numéro d'adhérent et vos coordonnées complètes.

Les sites de vente en ligne des fournisseurs concernés :

Néanmoins nous vous recommandons avant tout achat de comparer les prix sur internet sur d'autres sites en ligne et également auprès de votre fabricant.

Exemple :

https://www.e-audition.fr/ 

Les processeurs d'implant cochléaire de dernière génération Cochlear (CP910) intègrent un récepteur radio qui permet de se passer de boucle magnétique ou de récepteur FM couteux pour améliorer l'écoute dans différentes situations. Si vous portez l'un de ces processeurs, privilégiez les produits sans fil de la marque, car ils sont très bien intégrés au système d'implant. Vous en avez peut être reçu un avec votre processeur.

- Aujourd'hui, les moyens de communication sont multiples et le téléphone fait partie de ceux qui sont devenus incontournables (contacts familiaux, sociaux, professionnels).

- Ainsi, beaucoup d'adultes devenus sourds et candidats à l'implantation cochléaire se plaignent de la perte de leur capacité à téléphoner comme l'une des conséquences les plus contraignantes de leur handicap auditif.
- Les difficultés que beaucoup de patients implantés cochléaires éprouvent en utilisant le téléphone renforcent leur impression d'isolement, leur manque d'indépendance/autonomie et leur stress à l'idée de ne pas pouvoir demander de l'aide dans des situations d'urgence.
- Pouvoir réutiliser le téléphone fait donc souvent partie des attentes principales des patients avant l'implantation. Le téléphone est par conséquent un sujet qui sera abordé à un moment ou à un autre de la prise en charge orthophonique post-implantation.

Lorsque l'on vient d'être implanté, on ressent très souvent une forte appréhension vis à vis du téléphone, le plus souvent parce qu'il est devenu un cauchemard durant la période d'installation de la surdité. Pourtant, de très nombreuses personnes implantées arrivent à téléphoner à nouveau.

Cet article résume ce qu'il faut savoir concernant le choix et l'utilisation d'un téléphone raccordé à une ligne fixe lorsque l'on porte un implant cochléaire. Il présente également les accessoires qui peuvent améliorer le confort d'utilisation.

Les téléphones portables sont tout à fait compatible avec un implant cochléaire, et nombreux sont les personnes implantées qui en utilisent pour téléphoner.


Sophie utilisant son portable à l'Hôpital

Ces téléphones sont également très utiles aux personnes qui ne sont pas capables de communiquer oralement. En effet, ils permettent d'échanger des messages écrits (les SMS et MMS). Certains modèles, généralement de type "smartphone", permettent même les échanges d'emails ou l'utilisation de messagerie instantanée depuis n'importe quel endroit couvert par les réseaux de téléphonie mobile.

Lorsque l'on est gêné pour téléphoner en ambiance bruyante et que le processeur de l'implant dispose de la position T, il est possible d'utiliser une oreillette inductive ou un collier inductif. Ces produits peuvent aussi être utilisés pour écouter de la musique avec une source audio portable (lecteur MP3, smartphone, ...)

Il existe des casques spécialement conçus pour être utilisés avec un téléphone. Il s'agit soit de produits spécialement conçus pour les malentendants (parfois équipé d'une bobine à induction permettant de les utiliser avec la position T du processeur d'implant), soit de casques téléphoniques professionnels utilisés par les normo entendants dans de nombreuses entreprises. Il ne faut pas les confondre avec les casques normaux utilisés par exemple pour écouter de la musique qui ne sont pas équipés de micro.
A noter tout de même que certains smartphones récents permettent de téléphoner avec un casque qui ne dispose pas de micro : lorsque l'on branche le casque ça coupe l'écouteur du téléphone mais pas son micro. On peut alors téléphoner en écoutant avec le casque et en utilisant le micro du téléphone.

Si vous ne souhaitez pas changer de téléphone, pour plus de confort d'écoute vous pouvez rajouter un amplificateur.

BONJOUR à tous,

pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je m’appelle Martine Ottavi, je suis la secrétaire du Cisic et suis chargée de répondre au téléphone.

Il est vrai que l’on m’aurait dit avant mon implantation qu’un jour, je répondrais au téléphone pour l’association, je me serais dit « ils sont fous »

Lauréat de l’appel à projets 2016 de la fondation Agir pour l’Audition, le CISIC (le Centre d’Information sur la Surdité et l’Implant Cochléaire) a présenté un support de rééducation de la communication téléphonique chez les adultes malentendants appareillés ou implantés cochléaires. Celui-ci sera diffusé auprès de 2000 orthophonistes.

Le téléphone, un lien vital avec le monde
L’utilisation du téléphone constitue un enjeu vital pour l’intégration sociale des personnes malentendantes. Pour les personnes implantées, une partie de la réussite de l’implantation est conditionnée par la capacité d'utiliser le téléphone, possibilité qui se trouve largement renforcée par une rééducation orthophonique.
Cette corrélation entre utilisation du téléphone et qualité de vie a poussé le CISIC à promouvoir le maximum d’outils de rééducation en vue d’améliorer l’usage du téléphone au quotidien. C’est ainsi que le CISIC a décidé de soutenir ce programme.

Accès au formulaire pour être informé lors de la sortie du TCT-6, prévue fin 2017 (réservé exclusivement aux orthophonistes)

Utilisation d'un casque filaire : le port d'un casque améliore beaucoup la qualité de l'écoute. Il suffit de choisir un modèle confortable à porter, recouvrant bien le microphone du processeur. Inutile de choisir un modèle haut de gamme, la qualité du son de l'implant n'étant tout de même pas HiFi.

Une solution adoptée de plus en plus fréquemment par les implantés avec la généralisation des capteurs magnétiques sur les processeurs d'implant cochléaire et la baisse de son prix : la boucle magnétique d'appartement.

De nombreuses aides techniques permettent d'améliorer l'écoute de la télévision.

Certains téléviseurs ne disposent que d'une prise casque, et dès que l'on y branche quelque chose, ça coupe les haut parleurs du téléviseur : pas très pratique si d'autres personnes que vous regardent et écoutent en même temps ! Il existe pourtant toujours une solution, le plus souvent pour juste quelques euros.

Petite astuce pour ceux qui on une boucle magnétique Field et qui voyage.

Lorsque l'on n'utilise qu'un seul implant, il est toujours possible de placer l'écouteur du casque bien centré sur le microphone afin de bénéficier d'une écoute confortable : si les arceaux du casque sont trop long même ajustés au plus court lorsqu'un réglage existe, il suffit de descendre l'écouteur du coté non implanté plus bas que l'oreille afin de faire remonter celui du coté opposé.

Par contre, cela n'est pas possible lorsque l'on porte deux implants et que l'on souhaite pouvoir entendre des deux cotés. Voila l'astuce trouvée par Françoise, adhérente CISIC douée en tricot :

 

Le nombre d'émission sous-titrées augmente progressivement, et le passage de la télévision au numérique apporte au moins un progrès pour les sourds et malentendants, car contrairement aux anciens téléviseurs analogiques, les nouveaux téléviseurs ou décodeurs ainsi que les "box" pour les personnes recevant la télévision par Internet supportent presque tous l'affichage des sous-titres.

Devenu sourd en 2004 suite à une méningite et implanté la même année (Nucleus Esprit 3G, porté jusqu’en 2011). J’ai toujours dû suivre les programmes TV par soustitrage : journal info, documentaires, films, divertissement ; parfois aussi avec un casque pour les matches de foot, pour ne pas être privé d’une partie du terrain de jeu par les phrases de texte sur l’écran. Le sous-titrage en direct apparaît souvent avec un décalage (et sur certaines chaînes (BBC) le texte est projeté mot par mot) ce qui empêche de suivre correctement les images ; c’est fatiguant pour les yeux et on entend en même temps plus au moins les paroles, la musique et le bruit de fond, ce qui fatigue également. Ce n’est pas une façon agréable pour regarder la télé, mais comment faire autrement quand on est malentendant ?

Grâce à l’implant cochléaire, il est possible de découvrir la musique, voir la redécouvrir lorsque celle-ci a jadis fait partie de notre jeunesse et surtout l’apprécier.  Mais, pour parvenir à cette satisfaction ce ne sera pas si simple que cela. Les débuts d’écoute ressemblent, la plupart du temps, à une cacophonie indescriptible, un boucan indéfinissable d’où il est parfois même impossible de savoir si on y chante, voire même impossible de faire la différence entre une voix d’homme et de femme.

Sous-catégories