Ces dernières années, les professionnels de l’audition accompagnent enfants et familles dans un projet oral. Ils prennent appui sur diverses méthodes pour permettre aux enfants implantés cochléaires de développer leur écoute et le langage oral. Ces méthodes parfois méconnues des parents d’enfants implantés participent à favoriser l'émergence du langage dans tous ses aspects (auditif, lexical, phonologique, syntaxique, prosodique et pragmatique). Elles ne sont pas obligatoires, leur choix n'est pas définitif. L’essentiel est de s'adapter à l'enfant, son évolution, ses besoins, ses intérêts mais aussi de s'adapter à la famille. Multiplier les méthodes n'est pas une fin en soi, ces supports sont des moyens dont la finalité est de devenir caducs.

Le partage d’expériences est au cœur de notre association. Pour permettre aux parents d’enfants malentendants de mieux comprendre le parcours d’un enfant implanté vers l’audition, nous avons réuni quatre témoignages.

Assez peu connu en France il y a seulement quelques années, l’AVT (Auditory-Verbal Therapy) est une méthode basée sur l’oralité et originaire des Etats-Unis qui commence à beaucoup faire parler d’elle. Pour pouvoir continuer à informer au mieux les parents d’enfants implantés cochléaires, le CISIC est allé à la rencontre d’Ophélie Dauger, la seule orthophoniste française certifiée AVT. Voici toutes ses réponses à nos questions.

Beaucoup d'implantés trouvent que certains bruits sont désagréables les premiers temps après l'activation de leur implant. En général, cette impression n'est que temporaire, car la personne implantée va s'y habituer, tout comme les entendants "normaux".

La compréhension de la parole n'est pas toujours immédiate avec un implant. Des séances de rééducation sont prévues, mais il est aussi possible de s'entraîner tout seul pour progresser plus vite.