Cochlear propose depuis quelques mois un étui protecteur transparent permettant de se baigner avec le CP80.

Je fais beaucoup de natation mais je l'ai essayé pour d'autres activités : randonnées pédestres, jardinage, bricolage. J'ai toujours eu des problèmes de transpiration avec mes prothèses puis mes implants. Sans compter les problèmes de poussière en retapant la maison... avec des pannes plus ou moins importantes à la clef ! Au point de devoir pratiquer ces activités sans mes implants. Pas trop gênant pour ce que je fais seul, mais franchement désagréable lorsque je suis avec d'autres, en particulier en randonnées.

J'ai essayé cet étui protecteur d'abord pour les randonnées dans les Pyrénées début juillet... beau temps et donc suées... et protection identique lors d'un orage de fin de journée. Grâce à cet étui, j'ai pu pleinement resté avec les autres et suer à mon aise sans risque. Je l'ai mis d'abord avec le CP810, puis avec le Freedom, et même avec l'esprit 3G que j'ai gardé comme roue de secours (c'est bien connu qu'on a un fauteuil roulant dans les oreilles!)

ATTENTION : cet étui est prévu pour se baigner uniquement pour le CP810.

Mais pour les activités sans immersion, où l'humidité (sueur ou pluie)  ou la poussière peuvent endommager nos contours d'implants, il est efficace avec les 3 modèles.

Seul désagrément en balade : on perçoit parfois e bruit du frottement du plastique contre le crane.

Autre petit problème pour sortir le contour car j'utilise une crosse longue pour tneir sur l'oreille... elle s'est accrochée dans le contour du plastique et s'est cassée. J'ai du la remplacer et faire plus attention les fois suivantes..

Jérôme GOUST - Vie Quotidienne et Audition (www.l-ouie.fr)

Je vous signale une astuce que je viens de découvrir grâce à l'un de mes fils;

Le micro de mon implant MEDEL opus2 est très sensible au vent: dès que je fais du vélo il fait un bruit très désagréable. Je le garde cependant pour entendre les voitures.

Beaucoup d'implantés trouvent que certains bruits sont désagréables les premiers temps après l'activation de leur implant. En général, cette impression n'est que temporaire, car la personne implantée va s'y habituer, tout comme les entendants "normaux".

La compréhension de la parole n'est pas toujours immédiate avec un implant. Des séances de rééducation sont prévues, mais il est aussi possible de s'entraîner tout seul pour progresser plus vite.

Le champ magnétique dégagé par l’Imagerie à Résonnance Magnétique(IRM) exerce une force sur tous les matériaux magnétiques situés à proximité. Il est donc important de prendre certaines précautions avant de passer une IRM, car le champ magnétique peut engendrer des dysfonctionnements de l’implant cochléaire. Chaque marque d’implant émet des recommandations spécifiques pour chacun de ses modèles d’implant.

Avant tout IRM et au moment de la prise de rendez-vous il est donc indispensable de :

  • signaler votre statut d’implanté à l’équipe d’imagerie,
  • lui communiquer les coordonnées du fabricant,
  • et de prévenir vous-même votre fabricant.

Si nécessaire le service de radiologie vous orientera vers le centre hospitalier qui a la meilleure connaissance de l’implant Cochléaire.

Lorsque l'on porte un implant cochléaire, certains actes ou examens médicaux ne peuvent pas être pratiqués, alors que d'autres requièrent de respecter des contraintes ou procédures spécifiques.

Les actes et examens concernés sont ceux conduisant à exposer le patient à l'injection de courants électriques (bistouri électrique, électrostimulation, électrochocs, ...), à des champs magnétiques importants (IRM) ou à des radiations (radiothérapie).

Si vous devez subir une radiographie ou un scanner, il suffit de ne pas porter le processeur durant l'examen pour le pas l'exposer aux rayons X. Inutile de consulter votre équipe médicale ou le fabricant.

Par contre, si vous devez subir une opération chirurgicale ou un acte du type mentionné ci-dessus :

  1. Prévenez les professionnels de santé qui vont vous prendre en charge que vous portez un implant cochléaire
  2. Demandez l'avis du service ORL qui vous suit et/ou celui du fabricant de votre implant cochléaire.

Concernant les IRM, vous pouvez consulter cet article pour plus de détails.

Informations complémentaires : liens vers les sites des fabricants et leur documentation

 

Début juillet 2002, une alerte a été lancée par plusieurs agences nationales de santé dans le monde concernant un risque de méningite lié à l'implant.

Sous-catégories