Le déconfinement peut poser plusieurs problèmes aux sourds et malentendants. Le confinement a favorisé l’isolement social par un manque de communication, l’audition n’étant plus sollicitée par des relations sociales ou professionnelles. Le port du masque, en empêchant la lecture labiale, engendre parfois des difficultés de compréhension.

 

Quelques conseils et astuces :

  • Port du masque: le masque transparent permet la lecture labiale.

Plusieurs initiatives voient le jour :
https://www.ouiemagazine.net/2020/04/06/masque-communication-malentendants/

Le gouvernement assure faire homologuer au plus vite par l’Afnor des masques comportant une fenêtre transparente.

« Cette crise nécessite une capacité d’adaptation permanente », reconnaît le cabinet de Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, dans un article paru dans Le Monde du 22 Mai

Afin d’accélérer cette homologation, la Société Française d’Audiologie vient de publier un communiqué de presse visant à expliquer l’importance de la lecture labiale pour les malentendants.

Voir Communiqué de la SFA (Ci-joint)

 

  • Sécuriser son implant face aux chutes accidentelles

Porter un masque pour la première fois avec un implant (et parfois des lunettes) lorsque l’on n’y est pas habitué peut se révéler compliqué et parfois dangereux. Mettre le masque dans la précipitation ou le manipuler peut provoquer la chute du processeur. Ces désagréments se sont déjà produits.
Pour les éviter, une règle : retirer son processeur avant de mettre ou de retirer le masque, ou bien suivre les suggestions de nos bénévoles Joëlle ,Pascale et Caroline : porter un bandeau pour caler le processeur et le masque avec une fixation à l’arrière ou sur le coté ou encore mettre le processeur en déporté .

 

  • Utiliser des visières, qui permettent la lecture labiale mais s’avèrent moins pratiques et moins efficaces pour certains professionnels qui recommandent de porter le masque en plus de la visière.

 

  • Utiliser des applications de transcription simultanée sur son téléphone à reconnaissance vocale, ou de sous-titrage (LSF et LPC). Celles-ci peuvent être téléchargées sur les smartphones ou tablettes (Rogervoice, Acceo, Ava,...).

 

  • Etre implanté peut-il aider à surmonter l’obstacle du masque?

Une grande majorité des malentendants utilisent souvent la lecture labiale. Selon les recommandations de l’HAS en 2011 :
« L’implantation cochléaire est indiquée lorsque la compréhension de dictée de mots avec appareillage classique sans lecture labiale est inférieure ou égale à 50 % lors de la réalisation de tests d’audiométrie vocale. »
Les résultats de l’implantation chez l’adulte montrent une amélioration significative de la compréhension du langage et une implantation bilatérale apporte une meilleure perception de la parole et une meilleure localisation sonore (binauralité).

En effet, comme le démontrent les résultats de notre enquête de 2020 (dont les résultats seront publiés prochainement sur notre site ), 92% des répondants travaillent la compréhension de la parole sans lecture labiale en séances d’orthophonie après implantation.

20200603img1

En ambiance calme, 78 % des personnes implantées conversent normalement, et seulement 7 % d’entre elles ont toujours besoin de la lecture labiale.

20200603img2

Ces résultats encourageants ne permettent pas à tous les implantés de s’affranchir totalement de la lecture labiale. Pour y parvenir, une réhabilitation est nécessaire. Elle permet de retrouver la confiance, aller vers les autres afin de restaurer la communication avec son entourage et avec la société en général.
La réhabilitation pour laquelle notre association plaide auprès des acteurs du monde de l’audition nous permet ainsi de réapprendre à écouter, comprendre, mémoriser et échanger dans différentes ambiances sonores y compris celles qui sont de prime abord hostiles tel que le port du masque…

Cette initiative semble sur le point d’être entendue. En effet l’UNSAF et la SRFORL organisent une journée pluridisciplinaire orientée vers la santé publique réunissant ORL, audioprothésistes, médecins généralistes, gériatres, orthophonistes, industriels et associations de patients.
https://www.ouiemagazine.net/2020/05/19/evenement-sforl-unsaf-octobre/

Il est vrai que le port du masque peut compliquer la vie des malentendants. Il existe des solutions pratiques (voir ci-dessus) mais la première d’entre elles est l’adaptation.
Le port du masque ne doit pas être un obstacle mais un encouragement à tendre l’oreille. Selon Stéphanie, bénévole Cisic à Dijon «C’est un bon travail de rééducation auditive. avec le temps et de l’entrainement, on s’habitue peu à peu à la présence du masque. Comme lors d’ un nouveau réglage, c’est difficile et désagréable au début, puis petit à petit, on réussit à s'adapter à cette écoute un peu étouffée ! »


Cisic Mai 2020