CISIC – 13 octobre 2012 - Comment téléphoner avec un implant cochléaire ?
- Marion de BERGH - Amélie LIAGRE-CALLIES - Orthophonistes - Service du Pr STERKERS - Hôpital Beaujon


Comment téléphoner avec un implant cochléaire ?

- Aujourd'hui, les moyens de communication sont multiples et le téléphone fait partie de ceux qui sont devenus incontournables (contacts familiaux, sociaux, professionnels).
- Ainsi, beaucoup d'adultes devenus sourds et candidats à l'implantation cochléaire se plaignent de la perte de leur capacité à téléphoner comme l'une des conséquences les plus contraignantes de leur handicap auditif.
- Les difficultés que beaucoup de patients implantés cochléaires éprouvent en utilisant le téléphone renforcent leur impression d'isolement, leur manque d'indépendance/autonomie et leur stress à l'idée de ne pas pouvoir demander de l'aide dans des situations d'urgence.
- Pouvoir réutiliser le téléphone fait donc souvent partie des attentes principales des patients avant l'implantation. Le téléphone est par conséquent un sujet qui sera abordé à un moment ou à un autre de la prise en charge orthophonique post-implantation.


Difficultés spécifiques au téléphone…

-Au téléphone, les adultes implantés cochléaires sont confrontés aux problèmes liés au signal acoustique (pas de perception binaurale, pas de lecture labiale, ni gestes, ni mimiques...) mais aussi à différents facteurs qui peuvent réduire la compréhension de la conversation.


- Par ailleurs, la facilité de l'échange téléphonique est influencée par la qualité du signal (bande passante de fréquences réduite)


- Ces gênes peuvent provenir de l'équipement (échos, mauvaise réception du réseau, matériel de mauvaise qualité…) ou de l'environnement de l'auditeur implanté (le bruit ambiant : rue, transports en commun, restaurants... n'est pas forcément contrôlables lorsque la personne implantée reçoit un appel sur son téléphone portable)


- Pour la majorité des patients implantés, la facilité d'une conversation téléphonique dépend généralement du degré de familiarité de l'interlocuteur (proche à la voix familière vs la voix inconnue d’un prospecteur téléphonique) mais aussi de la qualité de la parole de l'interlocuteur (rythme d'énonciation, niveau de la voix, présence d'un accent...) et du degré de familiarité du sujet de conversation (appel passé pour une prise de rdv vs appel reçu à l’improviste).


… mais des aides existent = les accessoires

- Dispositifs d’aide à l’écoute fonctionnant par amplification
Principe = le téléphone est amplifié ce qui permet une augmentation du volume d’écoute (à utiliser avec ou sans le haut-parleur)
Exemple : téléphone fixe avec un gain de +40 dB


- Dispositifs d’aide à l’écoute fonctionnant par boucle magnétique
Principe = la transmission est directe entre le téléphone et le processeur de l’implant ce qui permet de couper tout ou partie des bruits environnants (possibilité d’audio mixage à 30% pour l’extérieur - 70% pour la boucle, par exemple, ce qui permet d’entendre sa propre voix et un peu l’extérieur)
Exemples = téléphone fixe avec boucle magnétique intégrée (il suffit de mettre le processeur en position T ou de brancher l’accessoire adapté si la boucle magnétique n’est pas intégrée dans le processeur), téléphone portable avec boucle magnétique portée en tour du cou, téléphone sans fil avec boucle magnétique fonctionnant avec des oreillettes d’induction « kit piéton à induction »
(2 possibilités : le téléphone communique avec le tour du cou/les oreillettes d’induction par Bluetooth – pas de connectique - ou le téléphone est branché directement sur les oreillettes d’induction)


- Dispositifs d’aide à l’écoute fonctionnant par radio fréquences
Exemple : transmission entre un émetteur branché au téléphone et un récepteur fonctionnant en FM (sabot branché sur le processeur de l’implant).


=> Se renseigner auprès de l’IFIC, du CISIC ou d'un audioprothésiste pour faire des essais d’aides techniques adaptées au téléphone.


Le cas particulier des situations d’urgence ?

Si vous devez alerter les secours, pensez à préciser :
- que vous êtes malentendant
- votre localisation exacte
- les circonstances de l’accident (incendie, chute, vol, agression, inondation…)
- la présence, le nombre et l’état des victimes
- votre nom et vos coordonnées

 

Si vous ne vous sentez pas en mesure de téléphoner, il existe un numéro gratuit ouvert 24h/24 et
7 jours/7 à destination des personnes sourdes ou malentendantes : le 114


Comment ça marche ?
- En cas d’urgence, envoyer un sms ou un fax au 114 en donnant toutes les informations nécessaires aux secours.
- Le 114 reçoit le message et en accuse réception dans la minute qui suit.
- En cas d’absence d’accusé de réception au bout de 3 minutes, il faut renouveler l’opération.
- Le 114 se charge d’alerter les secours appropriés les plus proches.
=> Plus d’informations sur : www.handicap.gouv.fr/114


Conseils pour « débuter » au téléphone avec un implant cochléaire

- Faire des essais au téléphone dès que la compréhension de la parole avec l’implant est possible et efficace.
- Demander conseils et entraînements durant les séances de rééducation avec l’orthophoniste. (par exemple: on peut choisir avec son orthophoniste de consacrer 10 min à des exercices téléphoniques durant une dizaine de séances de rééducation)
- S’entraîner avec des proches sur des échanges d’informations simples avant d’envisager des conversations téléphoniques plus longues.
- Se renseigner auprès du régleur pour optimiser la position du combiné téléphonique par rapport au microphone du processeur (Placez le microphone du téléphone en face du/des microphones du processeur sans oublier de ne pas trop éloigner le micro du téléphone de votre bouche pour que votre interlocuteur puisse bien entendre vos réponses) ainsi que le programme de réglage le plus adapté.
- essayer différents types de postes ou téléphones portables avec lesquels vous pouvez obtenir une qualité d’écoute et des bénéfices différents.
- être vigilant à l'environnement sonore durant les appels téléphoniques.
- veiller à ne pas "subir" la conversation téléphonique et à donner les informations importantes à son interlocuteur (par exemple: prévenir son interlocuteur de ses difficultés auditives, demander à son interlocuteur la raison de son appel…)
- utiliser des formules permettant de rétablir le sens de la conversation quand elle est perturbée par un silence, un malentendu... (par exemple: demander à son interlocuteur de répéter/reformuler, utiliser des périphrases pour vérifier que la question comprise est bien celle posée…)
- penser à la reconnaissance du numéro afin de connaître l’identité de l’interlocuteur téléphonique avant de décrocher le combiné.
- penser à utiliser des codes alphabétiques (F de François, G de Gérard…) ou numériques (6 = deux fois trois), en particulier dans les cas de prises de messages (noms propres, n° de téléphone).
- définir un code téléphonique partagé avec les proches en cas de difficultés très importantes de compréhension au téléphone (par exemple: allonger les OUI et NON, élaborer une liste de réponses préétablies et numérotées…)


Quel bénéfice attendre au téléphone ?

- Si l’on se réfère aux études précédemment publiées ayant principalement utilisé des enquêtes avec des questionnaires, on constate qu’il y a un consensus ces dernières années pour des résultats entre 56 et 70% de patients implantés utilisateurs du téléphone.
- Ne pas négliger le recours aux textos, sms, mms, mails, fax… permettant le maintien d’une communication à distance.
- Porter le processeur régulièrement est le meilleur moyen d’optimiser ses chances de réussite au téléphone (les résultats avec la parole « naturelle » sont souvent « prédictifs » de la qualité de la compréhension au téléphone).
- Garder des attentes mesurées, faire des essais régulièrement au fur et à mesure des progrès réalisés avec l’implant (= être patient !).
- Ne jamais comparer ses performances à celles d’autres patients implantés tant les différences interpersonnelles sont nombreuses.
- A ne pas oublier : il arrive aussi aux personnes entendantes d’être en difficulté au téléphone (à cause de la qualité du signal, du bruit environnant, de la qualité de parole de son interlocuteur…) et de demander des répétitions !


Conclusion : téléphoner avec un implant cochléaire n’est pas une mission impossible, donnez-vous donc la chance de réussir en essayant !